Pourquoi l’IMC est impertinent à lui seul

«Selon l’OMS, l’indice de masse corporelle (IMC) est un outil vous permettant d’évaluer votre degré général d’obésité. Il indique, selon votre taille, la plage de poids associée aux risques encourus pour la santé.»
Université Laval

Beaucoup de personnes (professionnels de la santé inclus) vont se fier sur l’IMC pour qualifier le poids d’un individu et ainsi, évaluer les risques pour la santé. Pour se faire, vous devez diviser votre poids (kg) par votre taille (m) au carré (vous pouvez le calculer et évaluez votre résultat via cette page de l’Université Laval, juste ici):

(poids en kg)/taille (m)²

Selon le résultat donné, il sera catégorisé de Poids insuffisant (IMC < 18,5) à Obésité classe 3 (IMC ≥40). Chaque catégorie propose son taux de risques relié à la santé. Plus l’IMC est grand, plus les risques sont élevés: plus l’IMC est sous 18.5, plus les risques sont élevés également. L’idéal, c’est que vous vous tenez plus près possible de la catégorie dite «Normale» dans l’écart de 18,5 à 24,9 où les risques pour la santé sont dits «Faibles».

Pourquoi l’IMC n’est pas pertinent à lui seul?

Si on décide d’utiliser uniquement l’IMC pour connaître nos risques pour la santé, nous passons à côté de beaucoup de facteurs qui influencent l’évaluation : l’activité physique, l’hygiène de vie, la consommation de substances (tabac, alcool, drogue), la qualité du sommeil, l’alimentation, la gestion du stress, etc. Oui, ils sont tous des facteurs en prendre en considération pour évaluer les risques pour la santé d’un individu.

Quelqu’un de naturellement très mince peut être catégorisé tout de suite comme un individu dont la santé est à risque (IMC trop bas) alors qu’il peut être en santé. Une personne lourde pourrait aussi être en bonne santé malgré un IMC élevé. Puis, un autre individu ayant un IMC «dans la normale» pourrait être très mal en point… L’IMC ne dit pas grand chose sur la santé ni sur ses risques, en fait. L’IMC est un outil très discutable, et je t’invite à lire l’article de Marilou Morin Dtp 6 raisons pourquoi ne pas stresser avec l’IMC qui l’analyse plus profondément, elle te dit même qui est derrière cet «outil statistique» et à quoi il servait à l’époque (oui, époque… genre, 1850! Une formule qui date de 170 ans, fou hein?).

Pourquoi l’utiliser alors?

Si ça peut faire plaisir à quelques uns de l’utiliser encore… ça reste un INDICE de masse corporelle. Un indice, ce n’est pas une chose sure, mais elle peut nous donner une idée, elle peut mener vers une bonne ou encore une mauvaise piste, elle peut aussi nous mener vers quelque chose d’autre de plus intéressant à prendre en considération. Pour se faire une idée d’ensemble, il ne faut pas se fier à un seul indice, on pourrait passer à côté de bien d’autres éléments qui pourraient nous en dire davantage sur la situation. Après, c’est à toi de décider si ce genre d’indice peut être pertinent ou non…

Personnellement, il me dit très peu de choses sur quelqu’un, je préfère le laisser tomber cet IMC!


RÉFÉRENCES

Obésité : Calcul de l’indice de masse corporelle, Université Laval, tel que vu le 6 Octobre 2017

Lignes directrices canadiennes pour la classification du poids chez les adultes – Guide de référence rapide à l’intention des professionnels, Santé Canada, 2003 [PDF]

Laisser un commentaire