Introduction à l’autocompassion

Dans notre société, nous apprenons que nous sommes tous différents, voire uniques, par rapport aux autres autour de nous. Cette manière de voir les choses nous amène à nous percevoir, en quelque sorte, dans un monde extérieur plutôt que de nous voir AVEC les autres. C’est probablement une des principales raisons qui fait en sorte que nous nous sentons plutôt seuls lorsque des évènements indésirables nous arrivent. Un peu comme si nous étions « seuls » avec nos problèmes, nos émotions. Pourtant, nous sommes tous des êtres humains qui vivent des hauts et des bas, qui vivent des situations semblables et qui ressentent les émotions de la même façon. Par exemple, la souffrance, tout le monde l’a déjà ressentie, un jour ou l’autre. Nous avons tous déjà vécu des succès et des échecs. Surtout, nous avons tous déjà fait des erreurs. Si l’humain n’avait pas le droit à l’erreur, comment pourrions-nous évoluer avec le temps? Après tout, je n’ai jamais eu connaissance que quelqu’un dans le monde soit né « parfait »… et vous?

L’imperfection, c’est ce qui nous unit tous. C’est aussi pourquoi nous arrivons à être aussi empathiques et ressentir de la compassion pour les gens que l’on aime profondément : on sait éperdument qu’ils ne sont pas parfaits et qu’il est naturel de faire des erreurs. On les rassure qu’ils sont toujours de bonnes personnes malgré ce qu’il a pu arriver.

Ce qui est le plus difficile dans cette « humanité », c’est de s’admettre que nous aussi, nous ne sommes pas uniques ni parfaits. Ce qui fait en sorte qu’une petite voix intérieure s’amuse parfois à nous taper sur la tête à la moindre erreur, au moindre geste « incorrect », au moindre fait qui a pu avoir une conséquence non désirée. Parce qu’ « il faut » être parfait, selon elle.

Le défi que je vous propose aujourd’hui, c’est de vous rappeler que vous aussi, vous êtes humain et imparfait. Et que, malgré cette imperfection, vous valez autant que toutes les autres personnes autour de vous. Malgré cette imperfection, vous méritez que l’on prenne soin de vous, en commençant d’abord par vous-même. Cette imperfection, c’est ce qui nous permet de nous améliorer chaque jour.

Modifiez les propos critiques de votre petite voix intérieure. Ayez un discours qui ressemblerait à un meilleur ami qui s’adresse à vous avec respect et qui réussit à mettre les choses en perspective. Soyez indulgent avec vous-mêmes.

Ayez de l’autocompassion.

À venir : La science et le pouvoir de l’autocompassion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *