Mon approche

Écoutez le «Nutritionniste Urbain» (Bernard Lavallée), où il présente l’Alimentation Intuitive à l’émission Les Éclaireurs le 16 Août 2017

Écouter la chronique

(environ 9 minutes)


Avez-vous remarqué que l’industrie des méthodes amaigrissantes est le seul type d’entreprise où on ne conteste jamais la méthode ni le produit?

«C’est de ma faute si ça ne fonctionne pas»

Changeons de mentalité un peu. Pourquoi ça ne serait pas la méthode ou le produit en question qui est destiné à l’échec? Comment réussir dans un tel contexte? Si cette industrie était aussi bien surveillée que celui des médicaments quant à leur efficacité, ce type d’industrie n’existerait simplement plus. Imaginons le ridicule de la chose en transposant la réalité des régimes minceurs aux médicaments.

un médicament miraculeux contre les douleurs arthritiques qui supprime toutes les souffrances articulaires à court terme (YAY!)
MAIS
à long terme, il donne des effets secondaires, des crampes musculaires violentes où vous ne pouvez même plus marcher tellement que les muscles vous font mal (heu…)

Avouez que vous ne voudriez même pas essayer une de leurs méthodes si on vous avertissait que 85% à 95% des gens qui ont recours à des méthodes d’amaigrissement retrouvent leur poids perdu et en gagnent même parfois davantage, dans les 5 années qui suivent leur diète (Équilibre.ca, 2017). C’est pourtant bel et bien une réalité. Vous pouvez lire ici pourquoi les diètes amaigrissantes ne fonctionnent pas à long terme.

Heureusement, cet univers est complètement à l’inverse de ce que je vous propose. Cette nouvelle approche/mentalité, on l’appelle l’alimentation intuitive :

«L’alimentation intuitive se veut donc un contrepoids positif à cette vision négative, en proposant notamment de se reconnecter sur ses signaux internes de faim et de rassasiement, c’est-à-dire sur l’écoute des messages que notre corps nous envoie quand vient le temps de se nourrir et d’arrêter de se nourrir. Or, bien souvent, après avoir suivi de nombreux régimes amaigrissants ou fait de nombreuses tentatives de perte de poids, on ne les « entend » plus, on se fie à des facteurs externes : calcul de portions, taille de la vaisselle utilisée, etc. Réintégrer l’écoute de ses signaux de faim et de rassasiement implique donc souvent une démarche à long terme, qui demande une certaine introspection et un engagement soutenu. Dans cette démarche, le processus devient aussi plus important que le chiffre indiqué par le pèse-personne. Tout un changement de perception lorsqu’on est habitué à se fier à des facteurs externes pour s’alimenter!»

Citation tirée de L’alimentation peut-être être intuitive? sur le site d’Extenso tel que vu le 12 Août 2017

On recommence à faire confiance à notre corps, nous sommes attentifs à ce qu’il nous communique. On se fie à nos signaux de faim et de satiété pour nous dicter quand manger et quelle quantité, puis aucun aliment est interdit… oui, tout est permis! Au début, ça peut clairement nous faire peur, nous pensons que l’on pourrait perdre le contrôle… mais dites-vous, un aliment permis est toujours moins attrayant que celui qui est interdit. D’ailleurs, une des stratégies d’une chocolaterie bien connue en Montérégie serait de laisser les employés manger autant de chocolat qu’ils veulent pendant qu’ils travaillent à la boutique. Au début, tout le monde en profite!… Puis l’envie de chocolat diminue assez rapidement étant donné qu’ils peuvent en manger n’importe quand. Ce gestionnaire a bien compris ce concept.

Pour y arriver, il y a 10 grands principes à intégrer à son quotidien :

  1. Rejeter la mentalité des diètes amaigrissantes qui crée de faux espoirs
  2. Honorer sa faim lorsqu’elle est modérée
  3. Se permettre de manger tous les aliments souhaités
  4. Cesser de catégoriser les aliments comme étant «bons» ou «mauvais»
  5. Considérer sa sensation de rassasiement pour savoir quand cesser de manger
  6. Découvrir la satisfaction et le plaisir de manger
  7. Vivre ses émotions sans nécessairement utiliser la nourriture
  8. Respecter son corps tel qu’il est au moment présent
  9. Être physiquement actif par plaisir, et non pour perdre du poids
  10. Honorer sa santé et ses papilles gustatives par ses aliments préférés

*  Tel que vu sur le site de Karine Gravel – Alimentation intuitive le 12 Août 2017

L’application de ces principes a pour but d’amener une relation plus harmonieuse avec la nourriture et l’idée de ce que l’on se fait de notre corps. Ce dernier devient, en quelque sorte, notre meilleur ami : il est le meilleur «coach» pour nous dire quoi manger et quelle quantité.

Un bébé/enfant connait déjà tous ses principes, c’est inné. Il reconnait très bien ses sentiments de faim et de satiété. C’est la raison pour laquelle on suggère très fortement aux parents de ne jamais forcer un enfant à terminer son assiette s’il n’a réellement plus faim, car on le désensibilise à ses signaux de faim. Nous choisissons ce qu’il mange; mais pas la quantité, c’est lui-même qui le gère. Avec le temps, différents facteurs peuvent nous avoir amenés à nous « désensibiliser » à ses signaux. Bonne nouvelle : le processus est réversible, on peut redevenir sensible à ses signaux. Il faut du temps, mais on y arrive.

«Quand on a faim, on doit manger. Ça semble simpliste, mais il faut comprendre que beaucoup de gens mangent par automatisme, sans réellement avoir faim. Par exemple, manger « parce que c’est l’heure de manger », ce n’est pas écouter son corps et ses besoins.»

Bernard Lavallée Dt.p (Nutritionniste), 16 Août 2017 à l’émission Les Éclaireurs

J’entends quelques-uns d’entre vous se dire…
Ouais mais… l’alimentation intuitive, ça marches-tu?

« Making the decision to embrace the intuitive eating process will almost certainly result in slips, bumps, failures, and setbacks along the way. It may a longer and more challenging journey than you ever imagined. But in the end, it will always work. That’s because for intuitive eating to work, you simply have to learn and grow. There’s no expectation of perfection with intuitive eating. It’s impossible to fail. »

Traduction libre : Prendre la décision d’adopter l’alimentation intuitive impliquera certainement des échecs, des accrochages et des retours en arrière au courant de la démarche. Il se peut que le parcours soit plus long et que les défis soient plus présents que vous auriez pu imaginer. Au bout du compte, ça va toujours fonctionner. Pour que l’alimentation intuitive fonctionne, vous avez seulement à apprendre et grandir. Il n’y a aucune attente de perfection avec l’alimentation intuitive : c’est donc impossible d’échouer.

* Tel que vu sur le site de Rachael Hartley : The Joy Of Eating le 31 Août 2017

Ce que je vous propose :

  • Je vous guiderai à faire de meilleurs choix alimentaires et vous accompagnerai vers de nouvelles habitudes de vie qui vous conviennent. D’un point de vue de l’alimentation intuitive, des aliments-plaisirs (aliments riches en sucres, lipides, sel) peuvent être inclus à l’alimentation. Tout est une question de variété. Si un aliment prend trop de places, il ne donne pas beaucoup de possibilités à d’autres types d’aliments de s’intégrer à votre quotidien. Considérant que le poids n’est pas le seul déterminant d’un état de santé, une perte de poids n’est pas le but de votre démarche, mais une conséquence possible à vos nouvelles habitudes.

Ce que je NE peux PAS faire pour vous:

  • Faire des plans alimentaires : vous dicter quoi manger et la quantité pour une perte/prise de poids ou une prise de masse musculaire
  • Prodiguer des conseils aux personnes qui ont une maladie (ex: diabète) ou une condition de santé (ex: syndrome du colon irritable) qui les amène à changer leur alimentation (l’enseignement d’une diète spécialisée est réservé aux Nutritionnistes/Diététistes)

.

Vous avez des questions? N’hésitez pas à me contacter.

 

Pour plus d’informations :